PARCOURS BAPTÊME – SESSION 3

LE NOUVEAU DÉPART : De la religion à la relation

NATHANAËL : il découvre le « Messie » 

EXTRAIT VIDÉO 3

Jean 1 v 47-51 « 45 Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit : Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph. 46 Nathanaël lui dit : Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ? Philippe lui répondit : Viens, et vois. 47 Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui : Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n’y a point de fraude. 48 D’où me connais-tu ? lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit : Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. 49 Nathanaël répondit et lui dit : Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël. 50 Jésus lui répondit : Parce que je t’ai dit que je t’ai vu sous le figuier, tu crois ; tu verras de plus grandes choses que celles-ci. 51 Et il lui dit : En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme.

Que penses-tu de Nathanaël ? Sa (ou ses) réactions.

Au prime abord, Nathanaël est tout « lisse », aucune fissure, rien qui dépasse, « Mr Presque Parfait ». Il a une bonne connaissance des textes, il est religieux, plutôt rigoureux… ce que Jésus ne manque pas d’honorer. 

Il a pourtant l’air un peu sur la défensive, et dans la méfiance. Peut-être y a-t-il plusieurs couches de cire pour cacher l’épisode du figuier ?

Pour quelles raisons voudrait-on cacher nos fissures ? 

On peut :

  • Ne pas vouloir affronter le regard, les réactions, la déception des autres
  • Avoir un manque de confiance en soi
  • Avoir honte, peur que notre vie soit dévoilée
  • Être encore à vif sur certains sujets
  • Ne pas avoir envie… que la lumière de Dieu vienne exposer tous nos défauts. La façade peut ne pas être le reflet d’un intérieur tout fissuré.

D’où cela peut-il venir ? 

Le péché, notre nature pécheresse est la principale raison pour laquelle nous fuyons la lumière. Comme Adam qui s’est caché après le péché originel, nous avons ce réflexe de vouloir dissimuler nos erreurs. Ce que Jésus est venu régler à la croix. 

C’est un paradoxe : nous avons besoin de la lumière, mais nous avons tendance à la fuir.

Concernant Nathanaël, on ne sait pas ce qui s’est passé sous le figuier mais Jésus lui le sait et Nathanaël le savait aussi apparemment. Comme chacun de nous lorsqu’on entend un message et qu’on se sent interpellé sur un sujet évoqué. Jésus n’a pas tenu à ce que la vie de Nathanaël soit exposée, mais il a tenu à faire savoir à Nathanaël qu’il connaissait jusqu’aux moindres détails de sa vie.

Que penses-tu de la dernière réaction de Nathanaël ? 

Il a baissé la garde, et laissé un accès à la lumière. 

La fissure un point de contact

La fissure est le point de contact par lequel tu laisses à Dieu la possibilité d’illuminer ta vie.

La lumière entre en toi quand elle trouve un point de contact avec ton esprit (pas de point de contact, pas de lumière.)

Le point de contact c’est ta(tes) faille(s), et l’issue c’est la vraie repentance. Cette repentance est un changement de mentalité, de manière de penser qui précède le changement de comportement.

Concernant Nathanaël, sa repentance s’est faite quand la lumière a trouvé le point de contact, la fissure : sous le figuier. A ce moment Nathanaël change de regard sur Jésus, puis il change d’attitude à son égard pour confesser : « Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël. »

On peut se poser la question de savoir comment Nathanaël passe du « D’où me connais-tu ? » à « Tu es le Fils de Dieu ! ». Certainement que Jésus avait vu quelque chose que Nathanaël n’osait partager avec personne qu’avec Dieu. Peut-être avait-il fait cette prière : « Donne moi un signe pour me dire que Tu m’as vu… » Quoi qu’il en soit, la parole de Jésus a amené un changement radical chez Nathanaël.

QUI EST JÉSUS POUR TOI ?

Cette question est essentielle. De sa réponse dépend notre éternité. D’ailleurs Jésus la pose à ses disciples « Qui dit-on que je suis ? ».

Matthieu 16 :13-17 Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ? 14 Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. 15 Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? 16 Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. 17 Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. » 

On peut trouver toutes sortes de réponses : un prophète / un homme spécial / un libre penseur / un révolutionnaire / un martyre / le sauveur… Ce qui intéressait Jésus n’était pas tant de savoir ce qu’on disait de lui, mais plutôt une réponse individualisée : « Vous, qui dites-vous que je suis ? »

Les réponses que Nathanaël et Pierre donnent sont les seules qui assurent notre éternité.

Contrairement à l’existence de Dieu, l’existence historique de Jésus-Christ est rarement mise en doute. Il est généralement reconnu que Jésus est un homme qui a réellement vécu en Israël il y a 2 000 ans. Le débat est plutôt celui de sa véritable identité. Presque toutes les grandes religions reconnaissent qu’il était un prophète, un bon enseignant ou un homme saint. Le problème est que, d’après la Bible, il était infiniment plus que tout cela.

Dans son livre Les Fondements du Christianisme, C.S. Lewis écrit : « Je cherche ici à empêcher  quiconque de prononcer cette affirmation véritablement insensée qu’on avance souvent au sujet de Jésus : « Je suis prêt à voir en Jésus un éminent maître de morale, mais je rejette sa prétention à être Dieu. » C’est la chose à ne pas dire. Un homme qui, n’étant qu’un homme, tiendrait les propos que tenait Jésus ne serait un grand professeur de morale. Ce serait soit un fou, à l’image de quelqu’un qui affirmerait être un œuf poché, soit le démon des enfers. Il nous faut choisir : ou bien cet homme était et reste le Fils de Dieu, ou bien il ne fut rien d’autre qu’un aliéné ou pire encore. Soit vous enfermez ce fou, soit vous crachez au visage de ce démon et vous le tuez ; soit, au contraire, vous vous jetez à ses pieds et vous l’appelez Seigneur et Dieu. Mais n’accordons aucun crédit à cette absurdité condescendante, à savoir qu’il serait un grand maître. Il ne nous a pas laissé cette possibilité. Il n’avait cette intention. »

Alors, qui Jésus affirmait-il être ? Que dit la Bible à son sujet ?

Examinons d’abord les paroles de Jésus 

Dans Jean 10.30 : « Le Père et moi, nous sommes un. » À première vue, cela ne ressemble pas à une revendication de sa divinité. Mais regardons la réaction des Juifs à cette déclaration : « Ce n’est pas pour une belle œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un être humain, tu te fais Dieu. » (Jean 10.33) Les Juifs ont reconnu que cette affirmation de Jésus était une proclamation de son identité divine. Dans les versets suivants, Jésus ne les corrige pas en disant : « Je n’ai jamais affirmé être Dieu. » Cela indique que c’est vraiment ce qu’il a voulu dire par : « Le Père et moi, nous sommes un. » (Jean 10.30

Jean 8.58 en est un autre exemple : « Jésus leur dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham soit né, je suis. » Encore une fois, les Juifs ont réagi en prenant des pierres pour le lapider (Jean 8.59). En se présentant comme « Je suis, » Jésus s’applique directement le nom de Dieu dans l’Ancien Testament (Exode 3.14). Pourquoi les Juifs auraient-ils encore voulu le lapider s’il n’avait pas dit quelque chose qui leur semblait blasphématoire en affirmant être Dieu ?

Jean 1.1 dit : « la Parole était Dieu. » Jean 1.14 dit : « la Parole s’est faite homme. » Cela montre clairement que Jésus est Dieu devenu chair. Le disciple Thomas lui a dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jean 20.28) Jésus ne l’a pas corrigé. L’Apôtre Paul le décrit comme « notre grand Dieu et notre Sauveur Jésus-Christ. » (Tite 2.13) L’Apôtre Pierre dit la même chose : « notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ. » (2 Pierre 1.1) Dieu le Père témoigne aussi de sa pleine identité : « Mais il dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel. Le sceptre de ton règne est un sceptre de justice. » Les prophéties de l’Ancien Testament sur Jésus annoncent sa divinité : « En effet, un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule ; on l’appellera Merveilleux Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » (Ésaïe 9.5)

Jésus n’était qu’un bon enseignant. Il a clairement et indubitablement affirmé être Dieu. S’il ne l’est pas, cela fait de lui un menteur et par conséquent, il ne saurait être ni un prophète, ni un bon enseignant, ni un homme de Dieu.

Pourquoi la question de savoir qui était vraiment Jésus est-elle si importante ? Qu’est-ce que cela change de savoir s’il était Dieu ou non ? 

La raison principale pour laquelle sa divinité est essentielle est que s’il n’était pas Dieu, sa mort n’aurait pas été suffisante pour payer le prix de tous les péchés du monde (1 Jean 2 v 2). Dieu seul pouvait payer un prix aussi infiniment grand (Romains 5 v 8, 2 Corinthiens 5 v 21). Il fallait que Jésus soit Dieu pour pouvoir payer notre dette et il fallait qu’il se fasse homme afin de pouvoir mourir. Le salut n’est possible que par la foi en Jésus-Christ. La divinité de Jésus-Christ est la raison pour laquelle il est le seul chemin du salut, la raison pour laquelle il a proclamé : « C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu’en passant par moi. » (Jean 14 v 6)

Jésus est révélé par le Père, et cette révélation peut changer la vie de quiconque croit. La Bible enseigne que Jésus est le Fils de Dieu. Jésus dira lui-même que le Père céleste et Lui ne font qu’un. Paul dit que Dieu était en Christ réconciliant le monde avec lui-même. 

MA RENCONTRE AVEC JÉSUS EST UN PIVOT DANS MA VIE, IL Y A UN AVANT UN APRÈS / MA VIE PASSÉE – MA VIE NOUVELLE

Jésus est Dieu fait homme. C’est Dieu qui se rend accessible et paie pour nos fautes, et guérit toutes nos maladies.

1 Jean 5 v 12 :  Jean dit « Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. » 

Jean 17 v 3 :  » Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ « .

Pour aller plus loin tu peux essayer de réfléchir sur la relation que tu as avec Jésus. Ta rencontre, ton histoire avec Lui.

Que veut dire croire en Jésus ?

C’est une question un peu comme : crois-tu au père noël ? aux extra-terrestres ?

Mais cette question m’interroge bien au-delà de savoir si je crois en l’existence de Jésus.

La vraie question est : 

  • Crois-tu que Jésus est celui que la Bible dit qu’il est et as-tu placé en lui ta confiance pour qu’il soit ton sauveur ?
  • Donc crois-tu en Jésus ? 
  • Crois-tu qu’il est Dieu sous une forme humaine ?
  • Crois-tu que Jésus est mort à la croix pour payer le prix pour que tu ne sois plus séparé de Dieu à cause de tes péchés ?
  • Crois-tu que le sacrifice du Fils de Dieu, Dieu incarné à la croix est la seule solution pour le pardon de tes péchés ?

Si tu le crois c’est déjà bien, mais croire n’est qu’une partie de l’équation…

La foi biblique est bien plus que croire que certaines choses sont vraies. La foi biblique parle de confiance, c’est lorsque tu fais assez confiance pour t’appuyer sur ces vérités pour vivre ta vie. 

C’est un peu comme une chaise.

Tu peux croire qu’une chaise est faite de matériaux assez solides pour supporter ton poids. Tu peux même croire que la chaise est bien assemblée. Mais ceci n’est pas la foi biblique. La foi biblique serait bien entendu tout cela, mais en plus, ce serait s’asseoir sur cette chaise en croyant qu’elle sera là pour te porter au-dessus du sol.

  • Est-ce que tu fais confiance à Jésus en tant que ton sauveur personnel ?
  • Est-ce que tu t’appuies sur sa mort à la croix comme le prix payé entièrement pour tes péchés ?
  • Est-ce que tu t’appuies sur sa résurrection comme la garantie de ta résurrection dans la vie éternelle après ta mort ?
  • Est-ce que tu t’appuies sur d’autres choses que la chaise au cas où elle viendrait à lâcher ? 

Autre Chose ? Actes 4 :12 ; Jean 14 :6 ; 1 Jean 5 :12 ; Jean 3 :18 ; Matthieu 7 :13-14

Si tu crois dans ces vérités bibliques au sujet de Jésus et que tu fais de ces vérités les bases de ton salut, tu es sauvé(e) et tu crois en Jésus de la manière dont la bible le décrit. 

Si tu n’es pas sur(e) la prochaine étape est : crois et appuies-toi sur ces vérités, permets à Dieu de te détourner du péché pour parvenir au pardon et au salut

Dieu je sais que j’ai péché. Je sais que mon péché me sépare de toi. Je sais que si mes péchés ne sont pas pardonnés je serai séparé de toi pour l’éternité. Je crois et je fais confiance à Jésus-Christ comme mon sauveur personnel, il est mort pour payer la dette de mon péché envers toi. Je crois qu’il est ressuscité des morts le 3ème jour, et je m’appuie sur son sacrifice seulement pour me conduire à une saine relation avec Toi. Merci de m’avoir pardonné, merci de m’avoir sauvé. Aide-moi à me rapprocher de toi chaque jour qu’il me reste dans cette vie.

 

NICODEME : découvre la bonne nouvelle 

EXTRAIT VIDÉO 4

Jean 3 v 1-21 « 1 Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, 2 qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. 3 Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. 4 Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? 5 Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. 6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. 7 Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. 8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit. 9 Nicodème lui dit : Comment cela peut-il se faire ? 10 Jésus lui répondit : Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas ces choses ! 11 En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu ; et vous ne recevez pas notre témoignage. 12 Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ? 13 Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. 14 Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé,15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. 16 Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. 17 Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 18 Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. 19 Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. 20Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; 21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu ».

QUE PENSES-TU DE NICODÈME ? 

Il fait une démarche, mais il la fait de nuit : Il n’assume pas vraiment sa démarche avec Jésus. La pression de ses pairs devait y être pour quelque chose.  

On peut être bloqué dans notre démarche si nous tenons à tout prix à notre réputation, et sommes bloqué par le regard des autres, le regard des nôtres. 

Il sait que ce que Jésus dit est vrai, il reconnaît que Jésus vient de Dieu, et reconnaît le miraculeux, mais il ne va pas au bout de sa démarche. 

Il sait beaucoup de choses mais pas l’essentiel. Il a une connaissance religieuse sans connaître Dieu. Il a une croyance mais pas d’espérance. Il ne sait pas comment être sauvé.

Ta position extérieure (chef) dépend de ta relation intérieure avec dieu (ma religion extérieure ne doit pas précéder ma religion intérieure)

POURQUOI NICODÈME EST VENU VERS JÉSUS ?

Ce n’est pas écrit… Venait-il juste pour savoir ? Confirmer ce qu’il pensait ? En tout cas il a bien été déstabilisé // Il y a des failles dans nos raisonnements… La parole de Jésus ne vise pas à nous conforter dans nos croyances, dans notre manière de penser. Son but est de nous faire connaître la vérité, celle qui libère, celle qui sauve, celle qui nous met en contact avec Dieu. JEAN 3 :16

COMME NATHANAËL ET NICODÈME, TU AS PEUT-ÊTRE UNE QUESTION QUE TU VOUDRAIS POSER À JÉSUS…

Ils posent tous les 2 une question à Jésus. (Jean 1 :48 // Jean 3 : 9) 

De la même manière : ENGAGE LA DISCUSSION, POSES TES QUESTIONS À JÉSUS. Nicodème répondait aux questions d’habitude… Là c’est Jésus qui lui donne les réponses. 

QU’EST-CE QUE « NAÎTRE DE NOUVEAU » ? 

Ce n’est pas de la naissance naturelle. Elle ne vient pas parce que je vais à l’église, ni parce que mes parents sont chrétiens. Elle n’arrive pas parce que je fais des bonnes œuvres… mais de l’Esprit de Dieu qui agit en nous. Jean en parle en ces termes.

« Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » (Jean 1 :12-13)

  • Lorsqu’on reçoit (croit, accepte, et décide de vivre selon) la Parole de Dieu
  • Lorsqu’on laisse la lumière éclairer nos cœurs
  • Lorsqu’on accueille Jésus en nous, dans notre cœur, comme notre sauveur personnel
  • Lorsqu’on décide de le laisser devenir celui qui dirige nos vies

Jean 3 v 3 Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. 4 Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? 5 Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. 6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. 7 Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. 

« NAÎTRE DE NOUVEAU » C’EST QUOI ?

= être né de Dieu (jean 1 :13) = la condition pour voir et entrer dans le royaume (Jean 3 :3 ; 5) = naître de l’Eprit (Jean 3 : 6)

De manière logique, « être né » signifie qu’on nous a donné la vie. De la même manière « être né de nouveau » signifie qu’une nouvelle vie nous a été donnée.

Aucun de nous n’a fait quelque chose pour recevoir la vie, nous l’avons reçue de nos parents. Biologiquement c’est la semence du Père qui amène la vie. De la même manière, spirituellement parlant, la vie qui émane de la nouvelle naissance est donnée par Dieu le Père à ceux qui croient dans la personne et l’œuvre de Jésus. Celui qui croit dans le Fils de Dieu a la vie éternelle (Jean 17 :3 – 3 Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.)

Pourquoi avons-nous besoin de naître de nouveau ? 

Ephésiens 2 v 1 Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, 2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres. 4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, 5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ;

Romaine 3 v 23 Tous ont péché, en effet, et sont privés de la glorieuse présence de Dieu24 et ils sont déclarés justes par sa grâce ; c’est un don que Dieu leur fait par le moyen de la délivrance apportée par Jésus-Christ. 

Nous sommes nés selon la chair et avons hérité de la nature humaine, la condamnation et le péché. Nous avons besoin de naître de Dieu, de l’Esprit pour hériter de Sa nature, de son pardon et sa sainteté, pour devenir enfants de Dieu.

QU’EST CE QUE JE DOIS FAIRE ? 

Jean 3 v 5 : Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

Né d’eau et d’esprit ?

L’eau = baptême ? Ai-je besoin du baptême pour être sauvé ?

Les eaux du ventre de la mère ? 

L’eau = l’eau vive du Saint-Esprit ?

Il peut y avoir plusieurs réponses.

La question qu’on peut se poser est qu’est-ce que je dois faire ou quelle prière dois-je dire pour que je puisse cocher la case « né de nouveau » de ma to do liste ?

Si Jésus avait voulu que la réponse à cette question soit du style A+B=C, sa déclaration à Nicodème aurait été plus claire.

Cela peut nous mener à penser que ce n’est pas une action physique qui nous mène à la nouvelle naissance, mais plutôt une disposition de cœur et une décision personnelle de croire. 

Comment cela arrive-t-il ?

Ephésiens 2 v 8 Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu9 ce n’est pas le fruit d’œuvres que vous auriez accomplies. Personne n’a donc de raison de se vanter. 10 Ce que nous sommes, nous le devons à Dieu ; car par notre union avec le Christ, Jésus, Dieu nous a créés pour une vie riche d’œuvres bonnes qu’il a préparées à l’avance afin que nous les accomplissions.

De manière claire, nous naissons de nouveau à une nouvelle vie, lorsque nous mourons à notre ancienne vie, lorsque, nous mourons à notre vie de péché. En d’autres mots, lorsque nous décidons de laisser notre ancienne manière de penser, notre vie d’éloignement, d’opposition, ou d’indifférence à Dieu que ce soit en pensées, en paroles ou en actions. 

On ne naît pas de nouveau en ayant fait la(les) bonne(s) chose(s), en ayant prié la bonne prière, on naît de nouveau lorsqu’on décide de mettre un terme à notre ancienne vie sans Dieu, pour commencer une nouvelle vie avec Dieu. Mettre un terme à cette vie passée c’est croire dans ce que Jésus-Christ a fait à la croix pour nous. En donnant sa vie à la croix, il a payé la dette de nos péchés, de nos fautes, de notre rejet ou indifférence à l’égard de Dieu. Son sang qui a coulé a lavé tous nos péchés, et nous a rendus justes et saints devant Dieu. 

1 corinthiens 5 v 17-18 Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 18 Et tout cela vient de Dieu (Ainsi, celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature : ce qui est ancien a disparu, voici : ce qui est nouveau est déjà là. 18 Tout cela est l’oeuvre de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié le ministère de la réconciliation. 19 En effet, Dieu était en Christ, réconciliant les hommes avec lui-même, sans tenir compte de leurs fautes

Naître de nouveau c’est dire oui à un nouveau départ, oui à une ardoise effacée, oui à la vie que Dieu nous propose, une vie où Jésus devient notre sauveur et Seigneur, le roi de ma vie que je m’engage à suivre et obéir.

Jean 1 v 12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

Romains 10 v 9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. 10 Car c’est en croyant du coeur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, 11 selon ce que dit l’Ecriture : Quiconque croit en lui ne sera point confus.

Un exemple de prière :

« Dieu je reconnais que j’ai péché contre toi et que je mérite ton châtiment. Mais Jésus Christ a porté le châtiment que je méritais, et que parce qu’il a donné sa vie pour moi, parce qu’il est mort à ma place, je suis pardonné. Je place ma confiance en toi pour mon salut / Je crois maintenant que je suis sauvé. Je te remercie pour ce don gratuit, pour cette grâce, et je reçois la vie éternelle. Amen.

Une nouvelle vie commence alors, c’est la nouvelle naissance que Dieu opère en nous. C’est ce que décrit Ezéchiel.

Ezéchiel 36 v 25 Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. 26 Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. 27 Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.

Lorsque Paul parle de la symbolique du baptême, il fait référence à la mort et la résurrection de Jésus à laquelle nous sommes associé. Il dit que nous faisons avec Jésus une même plante lorsque nous faisons de Jésus notre sauveur en acceptant son œuvre à la croix. De la même manière que Jésus est mort, nous mourrons à notre vie sans Lui, notre vie de désobéissance et d’indépendance à l’égard de Dieu. Et, comme lui-même est ressuscité des morts, nous marchons en nouveauté de vie. Nous sommes né de nouveau, et avons commencé une vie nouvelle en acceptant Jésus comme sauveur et seigneur (celui qui dirige) de notre vie. Lorsque nous nous engageons dans les eaux du baptême c’est ce que nous déclarons publiquement.

COMMENT IMAGINES-TU LA VIE NOUVELLE ? (Que veut dire « marcher en nouveauté de vie » ?)

NAÎTRE DE NOUVEAU => nouveau-né, mais le bébé grandit.

Le baptême n’est pas la fin / un diplôme, c’est l’introduction à une vie nouvelle avec Jésus. De la même manière qu’un nouveau-né est dépendant de sa maman, nous apprenons à être dépendant de Dieu. De la même manière qu’un petit enfant tombe de nombreuses fois lorsqu’il apprend à marcher, nous apprenons à nous relever pour continuer à marcher dans la lumière. On ne sait pas tout, mais on peut tout apprendre de Dieu dans notre nouvelle vie. On apprend à écouter Dieu, communiquer avec Lui, on apprend à lui obéir, à revenir à Lui… Cette nouvelle vie n’est pas linéaire, mais malgré les hauts et le bas elle avance quand même.

NOUVELLE VIE, POURQUOI ? 

  • La relation avec Dieu : avant je n’en avait pas, ou juste quand j’en avais vraiment besoin. Maintenant je sais que je peux en avoir une au quotidien. Je ne suis plus seul(e) : Jésus a promis d’être avec moi chaque jour, et d’être ma force, mon secours.
  • La relation avec Sa parole : avant je ne cherchais pas à savoir ce que Dieu disait ou pensait. Maintenant, je sais que par Sa parole, la Bible, je peux recevoir les conseils, les directions, le réconfort… dont j’ai besoin.
  • Les changements que cela va impliquer dans ma vie : J’étais en rébellion, ou indifférent à sa volonté, maintenant je la fais, ou plutôt je compte sur son aide pour la faire.
  • La relation avec les autres : ce que je vis avec Dieu peut se communiquer à ceux qui m’entourent.

Je ne suis plus seul(e). Jésus a promis d’être avec moi chaque jour, et d’être ma force, mon secours.

Marcher en nouveauté de vie ne veut pas dire marcher DANS la perfection, mais marcher (cheminer) avec Jésus VERS la perfection.